Islanderoadtrip

Une semaine en Dordogne avec un bébé de 7 mois

📸 Retrouvez notre boutique : nos photos en tirage « Fine Art ».

La Dordogne, nos premières vacances à 3

Introduction

On en avait parlé dans l'article sur la forêt de Fontainebleau, Victor est né en décembre dernier. Cet été, ce sont donc nos premières vacances en famille. Vu son jeune âge, nous avions prévu de ne pas prendre l'avion cette année, et l'actualité sanitaire n'a fait que confirmer ce choix. Nous avons choisi de passer 8 jours en Dordogne à Issigeac, au sud de Bergerac et non loin des vignobles de Monbazillac. La Dordogne est une région idéale pour se reposer tout en ayant de nombreuses activités à proposer.

Dans notre liste, la visite de Lascaux IV était parmi les premières choses à faire. Ainsi que celle d'autres grottes ou sites d'art pariétal. La Dordogne est également réputée pour sa gastronomie dont nous avons bien profitée. Enfin nous avons pu admirer tous les châteaux et villages médiévaux ou abris troglodytiques qu'offre la région.

Nous avons également choisi la Dordogne pour pouvoir rendre visite à notre famille sur le chemin de retour, à Poitiers puis à Saint-Nazaire.

Bed and breakfast, le château gauthié Bed and breakfast, le château gauthié, la piscine Bed and breakfast, le château gauthié, les cigognes

Chambre d'hôtes en Dordogne

Le château Gauthié

Cette année, on s'y est pris à la dernière minute. Après le confinement, on attendait la fin de la limitation à 100 km pour être sûr de pouvoir partir. Nous avons hésité avec les Landes ou l'Auvergne pour finalement se décider sur la Dordogne. On cherchait un logement le long du cours d'eau, à mi-chemin entre Bergerac et Sarlat-la-Canéda, mais nous ne trouvions pas notre bonheur. On a regardé à nouveau sur Sawdays (on vous avait déjà parlé de ce site dans l'article sur les Châteaux de la Loire) pour finalement trouver le Château Gauthié, près d'Issigeac, plus au sud que prévu, à la limite du Lot-et-Garonne.

Il s'agit d'une chambre d'hôtes, dans une bâtisse dont les différentes parties datent des XVème, XVIIème et XIXème siècles, entourée d'un grand parc de 8 hectares, comprenant une piscine à débordement avec vue sur un étang. Le lieu dispose de 5 chambres dans le manoir et quelques cabanes dans les arbres. Comme toutes les chambres ne sont pas occupées simultanément nous profiterons de la piscine et du parc dans le plus grand des calmes. On observe des vaches écossaises, mais aussi plus surprenant, 5 cigognes qui ont élu domicile dans le parc.

Concernant nos hôtes : Florence et Stéphane sont très accueillants, chaque matin lors du copieux petit-déjeuner, nous discutons un peu et ils nous aident à perfectionner l'itinéraire de la journée. Le soir nous mangeons sur la terrasse, un micro-onde est à disposition, pratique pour réchauffer les pots de bébé. Vu la canicule, un apéro et une salade suffisent. Notre chambre est grande et confortable et on nous a prêté un lit bébé pour Victor. D'ailleurs sur place vous pouvez emprunter des jeux d'extérieurs, ainsi que des vélos. A côté de la piscine il y a aussi un jacuzzi, mais vu la chaleur ce sera pour une prochaine fois. Pour les tarifs on tourne autour de 100€ la nuit, un peu plus cher qu'à nos habitudes quand nous choisissons des hôtels, mais le cadre les vaut largement.

Monbazillac, le château Monbazillac, le château

La gastronomie périgourdine

Dimanche, le marché d'Issigeac

Stéphane, notre hôte nous informe que chaque dimanche se tient le marché d'Issigeac. Il faut y aller de bonne heure car il a été sacré plus beau marché d’Aquitaine en 2018, et donc il y a foule. L'été l'ensemble des étals s'étendent dans pratiquement toutes les ruelles de la cité médiévale. Vous y trouverez aussi bien de l'alimentaire que de l'artisanal. Les spécialités de la région sont bien sûr le foie gras et le canard (dans la salade périgourdine ou en confit), mais également les noix (qu'on peut cuisiner en gâteau), ou encore la truffe noire (qui peut être dégustée en omelette ou en risotto). La ville se trouve à 3,5km de la maison d'hôtes.

Monbazillac, le vignoble Bergerac

Le vignoble de Monbazillac

Après le marché, nous partons à une dizaine de kilomètres au nord pour visiter le château de Monbazillac. Il a été construit en 1550, et son plan est assez simple : un rectangle avec quatre tours rondes aux angles. A l'intérieur au rez-de-chaussée vous trouverez des meubles du XVIIe, des objets représentants les vieux métiers liés à la culture de la vigne, ainsi que des archives sur les guerres de religion. A la cave vous verrez les cuisines du XVIe, mais surtout le mur de 6000 bouteilles de Monbazillac aux couleurs jaune dorée. Au premier étage, admirez d'autres mobiliers mais aussi des dessins originaux du caricaturiste périgourdin SEM (1863-1934). Comme pour les autres châteaux que nous visiterons, Victor est placé dans un porte bébé ventral, sa poussette est laissée dans la voiture.

Depuis 1960 le château appartient à la Cave coopérative de Monbazillac. Elle possède 25 hectares de vignes autour du château et sur la terrasse vous aurez une belle vue sur le vignoble jusqu'à Bergerac. Monbazillac est réputé pour son vin blanc liquoreux, mais ils produisent également des rouges et des blancs plus secs. A la fin de la visite vous aurez le droit à une petite dégustation de vin. Au total, le vignoble de Bergerac, c'est 12 600 hectares pour 12 appellations parmi lesquelles : Côtes-de-Bergerac, Monbazillac, Pécharmant…

En sortant, nous cherchons à manger dans le village de Monbazillac, à une centaine de mètres du châteaux. Il n'y a pas grand chose et le village ne présente pas d'intérêt particulier, nous partons donc à Bergerac pour l'après-midi. Comme on est dimanche et qu'il est déjà 15h, la plupart des restaurants ne servent plus, on prend donc un sandwich en boulangerie avant de flâner dans les rues de la ville. En fin de journée nous rentrons profiter de la piscine.

La bastide de Monpazier La bastide de Monpazier La bastide de Monpazier La bastide de Monpazier La bastide de Monpazier La bastide de Monpazier

Les bastides

Lundi, la bastide de Monpazier

En Périgord Pourpre, beaucoup de villes sont ce qu'on appelle des Bastides : « Les bastides furent toutes fondées a novo, d'un seul jet, à une date précise, sur un plan préconçu, généralement uniforme, et cela dans la période d'une centaine d'années (1250-1350) » -Alcide Curie-Seimbres. Les Bastides que nous avons visitées reprennent souvent la même architecture : une enceinte fortifiée carrée ou rectangulaire, percée de portes aux 4 points cardinaux. De là partent les deux axes structurant de la ville. Les rues y sont perpendiculaires et au centre se trouve une grande place.

Nous partons visiter Monpazier, à une trentaine de kilomètres d'Issigeac. La ville est considérée comme la Bastide « modèle » au tracé orthogonal parfait, elle est restée presque intacte depuis sa fondation en 1284. Sa place centrale est entourée d'arcades appelées « cornières ». Après la visite, nous mangeons dans l'un des restaurants de la place, malheureusement sa terrasse est pleine, nous serons à l'intérieur. Ensuite c'est un peu un sketch, la serveuse critique des clients devant les autres, on attendra près d'une heure et demie pour être servis, il manque la moitié des ingrédients dans l'assiette car ils n'ont plus de stock, sans oublier la (longue) coupure d'électricité...

Après cette aventure on se pose à l'ombre des fortifications pour laisser Victor faire une sieste, puis lui donner son 4h. On décide ensuite de rentrer pour profiter à nouveau de la piscine. Sur la route depuis Issigeac vous pouvez aussi faire un arrêt à Beaumont-du-Périgord, une autre Bastide anglaise fondée en 1272. En fin de journée Geoffrey fait voler le drone dans la campagne pour prendre quelques photos du coucher de soleil.

La bastide de Monpazier La bastide de Monpazier

Les quatre appellations touristiques

Le Périgord est une région historique française correspondant approximativement à l'actuel département de la Dordogne, on en profite pour vous parler de ses couleurs, les quatre appellations touristiques. Notre visite se fera principalement dans le Périgord pourpre et le Périgord noir.



La grotte de Lascaux La grotte de Lascaux La grotte de Lascaux

L'art pariétal

Mardi, visite de la grotte de Lascaux

Nous avions réservé des billets à l'avance pour voir la grotte de Lascaux. Pour rappel, la grotte ne se visite plus depuis 1963 à cause de la dégradation des peintures due aux nombreux visiteurs. Lascaux 2 est une réplique, « un fac-similé », ouvert en 1983, elle se visite toujours. Lascaux 3 est une exposition nomade présentant également les fac-similés de Lascaux. C'est Lascaux 4 que nous visiterons, une nouvelle copie bien plus précise de la grotte, ouverte au public en 2016.

Lascaux 4 est un centre international de l'art pariétal, dans le fac-similé vous pourrez voir l'intégralité de la grotte d'origine à la différence de Lascaux 2. Ensuite, vous aurez accès à l'envers du décor dans le musée. On surnomme Lascaux le « Versailles de la Préhistoire », la salle des taureaux est elle surnommée « la chapelle Sixtine de l'art pariétal ». Même sans voir les originaux, cela reste une expérience très intéressante. On peine à s'imaginer comment et pourquoi des hommes sont venus peindre ici, au fond d'une grotte, il y a environ vingt mille ans. Le centre retrace également l'histoire de Marcel Ravidat et de ses complices, le groupe d'adolescents qui a découvert la grotte en septembre 1940.

Nous apprenons qu'avec les techniques modernes de modélisation 3D, le fac-similé de Lascaux 4 est une réplique au centimètre près de la grotte d'origine, située à quelques centaines de mètres du centre. Il fait 13° dans la grotte. Victor est habillé chaudement, la pénombre ne semble pas le déranger, et comme souvent dans le porte bébé, il finit par s'endormir.

Après la visite, nous partons visiter les Eyzies-de-Tayac-Sireuil. On n'y passe que brièvement pour goûter le long de la Vézère, mais la ville est surnommée « Capitale Mondiale de la Préhistoire ». Dans le coin vous découvrirez une architecture troglodytique et médiévale importante, le Musée National de la Préhistoire, la grotte Font de Gaume (la dernière grotte ornée encore ouverte au public) etc. On apprend que c'est ici que des ossements humains ont été découverts : ces ossements sont ceux des premiers hommes, l'Homme de Cro-Magnon. Son nom vient simplement de l'abri Cro-Magnon dans lequel les ossements et outils ont été retrouvés (Cros veut dire creux en occitan).

Village de Limeuil Issigeac de nuit

Pour finir la journée, on s'arrête à Limeuil pour visiter les jardins panoramiques au confluent de la Dordogne et de la Vézère. Pour atteindre les jardins il faut déjà gravir le bon dénivelé du village médiéval, et avec la poussette, c'est assez sportif. En haut, la vue vaut le coup d'oeil. La visite se divise en plusieurs jardins thématiques, avec entre autres, des jeux de senteur. Les plus jeunes enfants pourront s'occuper avec un jeu d'énigmes sur tout le parcours.

Le soir nous mangeons sur la place centrale d'Issigeac, où se trouve un food-truck conseillé par nos hôtes et qui propose de bons burgers.

Cloître de l'abbaye de Cadouin Cloître de l'abbaye de Cadouin Cloître de l'abbaye de Cadouin Les jardins de Marqueyssac Les jardins de Marqueyssac Les jardins de Marqueyssac

La vallée de la Dordogne

Mercredi, les jardins suspendus de Marqueyssac

Pour commencer la journée, nous visitons le cloître de l'abbaye de Cadouin. L'abbaye date de 1115 et le cloître, détruit lors de la guerre de Cent Ans, fut reconstruit au XVème siècle. Son style est appelé « le gothique flamboyant ». Il est classé Monument Historique et inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. La visite peut se faire avec un audioguide, et aucun problème pour entrer avec la poussette. Sachez qu'il existe aussi des visites nocturnes l'été. En sortant, nous profitons du marché devant l'abbaye pour déjeuner.

L'après midi est dédiée à la visite des jardins suspendus de Marqueyssac. Ils sont situés sur un éperon rocheux, culminant à 130 mètres et offrant un des plus beaux panoramas de la Dordogne. Ils ont été conçus en longueur avec plus de 6 km d’allées ombragées bordées de 150 000 buis taillés à la main. Au total le parc s'étend sur 22 hectares. Vous aurez une vue magnifique sur les châteaux de Castelnaud de Beynac d'un côté, et sur les boucles de la Dordogne et le village de La Roque-Gageac de l'autre.

« À Marqueyssac, le buis est mis en valeur avec une fantaisie pleine de mouvement tout en rondeur et en taille moutonnante. »

Dans le parc quelques paons, emblèmes du lieu, vivent librement. Vous pourrez également admirer le squelette d'un Allosaure parfaitement conservé (7,50 mètres de long pour 2,50 mètres de haut), ce dinosaure vivait il y a environ 150 millions d’années.

Le château de Biron Le château de Biron Le château de Biron

Jeudi, visite du château de Biron

Ce jour là, les températures annoncées pour la journée étaient de 38°, avec un bébé de 7 mois nous avons préféré jouer la sûreté et rester au frais. Nous profitons de la piscine et de l'ombre des arbres centenaires dans le jardin de notre chambre d'hôtes toute l'après midi.

Le matin avant que le température ne monte trop, nous visitons quand même le château de Biron. Il est situé à côté de Monpazier, nous n'avions pas eu le temps d'y aller le lundi. C'est un château médiéval datant du XIIe siècle qui a évolué avec les siècles, vous pourrez admirer les différentes architectures juxtaposées, du Moyen-âge à la Renaissance. Situé sur une butte, il offre un panorama de plus de 30 km. C'est également un lieu d'Art Contemporain avec des expositions temporaires.

Le soir nous mangeons à Issigeac, dans un restaurant de tapas d'inspiration franco/brésilienne : Les Dîmes. Pour finir, toujours dans le bourg, nous prenons de bonnes glaces artisanales à emporter au Bouchon Médiéval.

Beynac-et-Cazenac Beynac-et-Cazenac Beynac-et-Cazenac

Vendredi, Beynac-et-Cazenac

Même température que la veille, donc même organisation. Nous sortons le matin avant de profiter de la piscine l'après midi.

Comme Limeuil, Beynac-et-Cazenac est classé parmi les plus beaux villages français. Il commence sur les bords de la Dordogne, avec ses maisons typiques aux toits de lauze, puis les ruelles montent le long de la falaise jusqu'au château. Avec la poussette ce n'est pas évident, tant la rue grimpe et pour ne rien arranger il y a des marches à franchir avant d'arriver au château. On découvre au retour qu'une route permet d'accéder à un parking directement en haut de la falaise.

Le château est un ensemble de bâtiments du XIIème au XVIIIème siècles, et restaurés au XXème siècle. N'ayant pas pris le porte-bébé, nous ne le visitons pas, on se contentera d'admirer la vue sur la vallée de la Dordogne.

Si vous aimez le canoë, vous avez là un super spot entre Beynac-et-Cazenac et jusqu'à La Roque-Gageac. Vous pourrez parcourir les boucles de la Dordogne et avoir une superbe vue sur les villages et quatre des plus prestigieux châteaux du Périgord. Vous pouvez également embarquer pour une visite guidée à bord des gabares, petites embarcations traditionnelles de transport de marchandises.

Sarlat-la-Canéda, capitale du Périgord Sarlat-la-Canéda, capitale du Périgord Sarlat-la-Canéda, capitale du Périgord Sarlat-la-Canéda, capitale du Périgord Sarlat-la-Canéda, capitale du Périgord

Sarlat, capitale du Périgord noir

Samedi, Sarlat-la-Canéda

Sarlat-la-Canéda appelée plus simplement Sarlat est surnommée la capitale du Périgord. Nous la visitons un samedi, jour de marché. La ville est bondée de touristes, toutes les ruelles de la ville médiévale sont occupées par les étals du marché ou les terrasses des restaurants. Problème, un gros orage éclate après notre arrivée, et c'est dans un joyeux bazar que tout ce monde essaie de se mettre à l'abri.

La ville s'est développée du XIIe au XVIe siècle, son centre est composé de petites ruelles et de petites places bordées d'hôtels particuliers aux toits de lauze. Sur le marché on trouve toutes les spécialités (foie gras, noix, truffes et figues). L'église Sainte-Marie, transformée par Jean Nouvel abrite aujourd'hui un marché couvert. Ses portes d'un seul bloc de 15 mètres de haut et pesant 2 tonnes sont impressionnantes.

Nous mangeons dans un restaurant nommé La Cour des Poètes. On a de la chance de trouver une place à l'abri suffisamment large pour nous et la poussette. Il y a de l'attente devant tous les restaurants, beaucoup de terasses ont fermé à cause de la pluie qui s'est invitée au programme. Après le repas on continue de se balader dans les ruelles.



Château de Commarque Château de Commarque Château de Commarque Château de Commarque Château de Commarque Château de Commarque

Nous visitons ensuite le château de Commarque. Il se trouve sur la commune des Eyzies-de-Tayac-Sireuil dont nous avons parlée plus haut. Le parking est situé quelques centaines de mètres avant le château, ce qui permet de faire une petite balade en forêt avant la visite.

Le site est riche en histoire puisque le château surplombe une roche qui abrite un fort troglodyte, et une grotte ornée préhistorique. Face au château, de l'autre côte de la vallée se trouve également le château de Laussel (voir la photo ci-dessus, celle dans les bois)

La forteresse du XIIème et XIVème siècles est une « co-seigneurie » : les familles seigneuriales habitaient les différentes tours de ce village fortifié. Il appartient toujours à la famille de Commarque. Ce qui est intéressant c'est que le château a été oublié pendant près de 400 ans. Depuis 1962 Hubert de Commarque travaille à sa restauration, le château était avant cela presque complètement enseveli sous la végétation. La tour de 80 mètres offre une belle vue, malgré le minuscule escalier en colimaçon pour y accéder. Un peu stressant avec le porte-bébé.

Les abris troglodytiques se situent au pied du Château à flanc de falaise. Les fouilles archéologiques ont mis à jour des marques dans la roche et des objets datant du IX au XVI siècle prouvant une occupation humaine continue au cours de ces époques.

La grotte elle, révèle une présence humaine depuis le Magdalénien ( entre -17 000 et -12 000, le mot Magdalénien vient de la grotte de la Madeleine, également située en Dordogne ). Elle est ornée et sa représentation la plus emblématique est celle d’un cheval grandeur nature, sculpté dans la roche et dont la tête est d’un réalisme saisissant.

Le soir, retour à Issigeac. Nous mangeons à la Brucelière, un excellent restaurant avec une belle terrasse. Le repas est composé d'une mise en bouche, d'une entrée, d'un plat et de dessert et mignardises. Tout est traditionnel et local. On vous le recommande.

La grotte de Maxange La grotte de Maxange

Dimanche, la grotte de Maxange

En fin de matinée on s'arrête à nouveau au marché d'Issigeac pour tenter de ramener quelques souvenirs. Nous partons ensuite visiter la grotte de Maxange. Elle ne semble pas avoir été habitée par l'Homme, du moins on n'y a pas retrouvé de trace de son passage. En revanche, des griffures dans la roche sont attribuées à un ours des cavernes laissées lors de la dernière période glaciaire.

Maxange vient du mélange des noms de Maximilien Caballero, qui a découvert la grotte sur le site de sa carrière de pierre et de Angel, son fils qui continua les travaux après lui pour la rendre visitable. La grotte n'a été découverte qu'en 2000. Sa particularité est d'avoir des cristallisations géologiques en grand nombre, et si vous connaissez les traditionnels stalactites et stalagmites, ici vous pourrez voir par millier ce qui fait la rareté de la grotte : des excentriques. Ce sont des excroissances du calcaire, ayant poussé dans tous les sens, et semblant défier les lois de la pesanteur.

Après la visite, on s'arrête en bord de Dordogne du côté de Siorac-en-Périgord pour le goûter. Geoffrey en profite pour faire voler le drone au dessus du cours d'eau. Puis nous rentrons profiter une dernière fois de la piscine du Château Gauthié.

La Roque-Gageac La Roque-Gageac La Roque-Gageac La Roque-Gageac

Le départ

Lundi, La Roque-Gageac

Le lundi c'est le jour du départ, nous repartons en direction de Poitiers pour passer quelques jours en famille chez les parents de Sandrine. Avant de partir, on s'arrête à La Roque-Gageac que nous avions pu admirer de loin depuis les jardins de Marqueyssac. Comme Beynac-et-Cazenac, le village classé parmi les plus beaux de France se trouve en bord de Dordogne.

Il est adossé à la falaise et possède un fort troglodytique datant du XIIème siècle. Plus tard à la renaissance des maisons en pierres taillées viennent embellir le village. La falaise, formant un solarium naturel permet d'accueillir un jardin botanique exotique composé de palmiers, bananiers, bambous etc.

Pour nous, c'est la dernière étape du voyage. Nous avons tellement adoré l'importance des découvertes faites en Dordogne sur nos ancêtres, qu'on occupe les prochaines heures de route avec le livre audio « Les Enfants de la terre, tome 1 : Le Clan de l'ours des Cavernes ».

Avant de rentrer à Paris, et après quelques jours à Poitiers nous passerons aussi par Saint-Nazaire pour rendre visite au frère de Geoffrey. On en profitera pour visiter Pornichet et Guérande. N'hésitez pas à laisser vos commentaires en bas d'article. A bientôt.

À emporter pour un roadtrip en Dordogne

C'est un classique pour nous, lorsqu'on prépare un roadtrip on aime s'acheter de petits cadeaux. Cela nous met dans l'ambiance des vacances à l'avance! Et sur place on se sent mieux préparés. Dans cette section on vous partage nos idées pour un roadtrip réussi.

Ces articles pourraient également vous plaire

Les Châteaux de la Loire
La bretagne